Logo-tigre-instinct-du-fauve

Intro

Le tigre de la Caspienne (panthera tigris virgata), pouvant aussi être connu sous le nom de tigre touranien, tigre persan ou encore tigre d’Hyrcanie est un mammifère carnivore appartenant à la famille des félins. Il s’est éteint durant les années 1970.

Le saviez-vous, d’après des études génétiques récentes, qu’il était un tigre de Sibérie ? Eh oui, apparemment, il faisait bien partie à la sous-espèce des tigres de Sibérie. Ce qui ouvre le champ des possibilités de réintroduction le fauve en Asie centrale à partir du gène de ces derniers.

Passionné par ce puissant et sublime félin, La Boutique Instinct Du Fauve à justement décidé d’écrire cet article pour vous présenter ce grand fauve incroyable et de vous transmettre toutes nos connaissances insolites le concernant. Nous vous expliquerons plus en détail pourquoi ce carnivore a disparu est comment nous, Hommes, pouvons le sauver malgré tout.

t-shirt tigre de la Caspienne

Pour tout comprendre, vous pourrez retrouver ici :

  • Toutes les caractéristiques physiques du fauve
  • Tous les détails concernant son alimentation et son mode de reproduction
  • Toutes les raisons de sa disparition
  • Tous les moyens actuellement mis en place pour tenter de faire revenir ce grand prédateur, qui était parmi l’un des chasseurs les plus puissants du monde terrestre. Sa concentration et son instinct le rendait vraiment très redoutable. Il ne quittait jamais sa proie du regard, en attendant toujours la meilleure opportunité pour attaquer.

Sans plus attendre, attaquons dans le vif du sujet.

 

Le tigre de la Caspienne et ses caractéristiques

Tout comme les autres variantes d’espèces de fauve rayé, le tigre de la Caspienne possède des caractéristiques qui lui sont propres aussi bien au niveau physique que de son comportement, le différenciant ainsi des autres félins sauvages qui peuple notre écosystème.

Il dispose d’une fourrure épaisse, mesure une taille importante et vie dans un habitat varié et errait autrefois entre l’Europe de l’Est, le Moyen-Orient et l’Asie centrale, ce grand mammifère a de quoi intriguer. Voyons ces différents points en détails.

Une Fourrure Unique pour le tigre de la caspienne

Les photographies affichant les peaux de tigres de la Caspienne indiquent que la couleur de fond principale de cette fourrure du tigre de Perse variait et était généralement plus brillante et plus irrégulière que celle du fauve de Sibérie. Les rayures étaient plus fines, plus foncés et serrées que celles des autres félins. La couleur de ses rayures était un subtil mélange de nuances entre du brun ou de cannelle.

Les motifs est d’un noir des plus foncés ne se trouvaient perpétuellement que sur la tête, le cou, le milieu du dos et le bout de la queue. Le contraste entre les manteaux d’été et d’hiver était marqué, mais pas dans la même échelle que chez ses cousins les tigres de Russie Oriental.

La fourrure d’hiver était plus pâle, avec des motifs moins audibles. Quant à la fourrure d’été, elle avait une concentration et une longueur de poil similaire à ceux du tigre du Bengale, bien que ses rayures soient généralement plus étroites, plus longues et plus compactes. Il avait le pelage le plus épais parmi les tigres, probablement en raison de sa présence dans les régions tempérées d’Eurasie.

 

La taille et le poids du tigre de la caspienne

Il était l’un des plus imposant félins qui n’aient jamais existé ! Les mâles mesuraient entre 270 et 295 cm et pesaient 170 à 240 kg. Pour ce qui est des femelles, elles mesuraient entre 240 à 260 cm et pesaient entre 85 à 135 kg. La longueur du crâne chez les mâles atteignait de 297 à 365,8 mm, et de 195,7 à 255,5 mm pour les femelles. Son crâne était bien plus large que celui du tigre du Bengale.

Certains de ces fauves ont cependant atteint des dimensions exceptionnelles pouvant aller de 2,25 m à 2,70 m. C’était le cas d’un tigre abattu en Azerbaïdjan durant le mois de février 1899. Les mesures effectuées après l’écorchage ont révélé une taille de corps de 270 cm entre les pattes, et à cela nous pouvons rajouter une queue de 90 cm de long, donnant ainsi une longueur totale d’environ 360 cm.

statue tigre de la Caspienne

La taille et la forme du crâne des tigres de la Caspienne surpassaient donc de loin celles des autres variantes de tigres d’Asie continentale et sont presque impossibles à distinguer.

 

L’Habitat du Tigre de la Caspienne

Le fauve se localisait en grande majorité au sud de la mer Caspienne et était généralement présent dans des pays tels que l’Iran, la Turquie, l’Irak, la Mongolie, la Géorgie, l’Arménie et même dans l’Asie centrale. Le tigre de la Caspienne était donc le seul tigre européen vivant en partie dans l’Europe de l’Est.

Durant l’époque moderne, on le retrouvait dans le sud du Caucase, à l’EST de la Turquie, au nord de l’Iran et au nord de l’Afghanistan. En 1972, on aperçut les dernières traces de l’espèce à l’EST de la Turquie.

Son environnement favori relevé d’avantage d’un climat désertique à proximité de sources d’eau immédiate, offrant aussi une importante faune faite d’arbres, de feuillage, d’arbustes, d’herbes denses et des roseaux appelés roselières pour rendre sa chasse efficace comme tout tigre.

Par ailleurs, l’un de ces principaux attributs qui le différenciait des autres tigres était de vivre directement à proximité des villages. Malgré cela, ont compté très peu d’attaques et de morts chez les Hommes provoqué par le fauve.

Le Tigre de la caspienne chez les Romains

Le tigre de la Caspienne, avec le tigre du Bengale sont tous deux des sous-espèces du tigre les plus répandu au sein des arènes romaines. C’était en effet les félins de leur espèce les plus accessible au romain de par leur localisation géographique puisqu’il occupait tout l’EST de l’empire romain, à travers l’Extrême-Orient. 

bague oeil de tigre de la Caspienne

Les tigres furent importés du Caucase, du Kurdistan, de la Mésopotamie et de la Perse. Le premier tigre qui fut offert en spectacle dans une arène Romaine fut un cadeau de l’ambassadeur indien à l’empereur Auguste en 19 avant J-C. Dans les amphithéâtres Romains et au Cirque Maxime, les fauves combattaient des gladiateurs, des aurochs (une variante de bovidés aujourd’hui disparu) ou bien encore des lions de l’Atlas.

 

Le comportement et la reproduction du tigre de la Caspienne 

Comme toutes les variantes de son espèce, le tigre de la Caspienne passait la plus grande partie de sa vie de manière solitaire. En dehors de la saison des amours (en hivers ou au printemps), il leur était impossible de rester sur le même territoire et d’autant plus si cela s’agissait de deux mâles. L’espérance de vie de ce fauve était estimée entre 10 à 15 ans. 

Enfin, il est fort probable selon des spécialistes que ces bêtes aient été moins sédentaire que les autres, partant constamment à la recherche de proies, ils ont probablement suivi des ongulés migrateurs dans leur voyage d’un pâturage à l’autre.

 

Comment le tigre de la Caspienne c’est il éteint ?

La disparition du tigre de la mer Caspienne a pris naissance lors de la colonisation russe du Turkestan à la fin du 19e siècle, son extinction a donc était engendré par plusieurs facteurs ;

  • De nombreux groupe de tireur sportif ont tués les tigres comme les tireurs sportifs, mais aussi les militaires ou encore des chasseurs qui traqués également des espèces de proies telles que les cochons sauvages.
  • L’aire de répartition des porcs sauvages a justement connu un fort déclin durant le milieu du 19e siècle et vers les années 1930 en raison d’une chasse excessive, de certaine catastrophe naturelle mais aussi de nombreuses maladies telles que la peste porcine ou la fièvre aphteuse, qui ont provoqué d’importants et soudains décès.
  • Les vastes roseliers où vivait le tigre ont été de plus en plus transformé en terres d’élevage pour y planter du coton et autres cultures qui poussaient facilement dans le riche limon le long des rivières.
  • Ces fauves étaient déjà vulnérables en raison de la nature restreinte de leur répartition, ils se sont retrouvés confinés aux cours d’eau dans les grandes étendues de l’environnement désertique.

Jusqu’au début du 20e siècle, l’armée régulière russe était employé pour chasser les prédateurs des forêts, des colonies et des terres agricoles potentielles. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, une centaine de ces félins étaient tués chaque année dans les forêts et rivières du territoire russe. Jusqu’en 1929, d’importante primes étaient versées pour un sublime manteau de tigre

C’est donc en 1972 que la dernière bête de cette sous-espèce fut enregistrée, on estime qu’aujourd’hui il ne reste plus un seul de ces félins à l’état sauvage. Il n’y en en aurait plus également un seul en captivité. Des chercheurs tentent de reproduire l’espèce en partant de la génétique du grand tigre sibérien. Mais à ce jour, il demeure encore sur la liste des fauves disparu tout comme le sont également le tigre de Java et le tigre de Bali.

 

Le tigre de la Caspienne pourrait-il refaire surfarce ?

 Grâce l’appui financier de la WWF, des chercheurs tentent à tout prix de ramener le tigre de la Caspienne depuis sa disparition dans les années 1960 à 1970. Leur but est de reformer un habitat naturel situé en Asie Centrale et d’y implanter cette nouvelle sous-espèce similaire génétiquement via l’appui des tigres de Sibérie dont les gènes sont comparables.

bracelet oeil de tigre de la Caspienne

Effectivement, les chercheurs ont décelé que le tigre Sibérien et le tigre de la Caspienne on eut un ancêtre en commun, qui il y a 10 000ans, aurait peuplait l’entièreté de l’Asie centrale à travers tout le long de la route de la soie. Ces derniers auraient fini par se scinder en 2 sous-espèces lors d’une période glaciaire qui les divisa.

Les scientifiques espèrent pouvoir installer une cinquantaine tigres durant les 50 prochaines années. Un bien ambitieux projet qui nous semble réalisable étant donné la croissance du nombre d’individus en Sibérie. Il sera aussi nécessaire cependant de réintroduire plus d’animaux faisant office de proies, pour qu’ils puisent survivre et s’adapter parfaitement à leur environnement d’accueil.